Ce jour là : 17 janvier

Chaque jour retrouvez le calendrier des persécutions survenues en 1914-1919 puis en 1939-1946 : –x#x–x#x–x#x–


Il y a 100 ans jour pour jour, le 17 janvier 1919

Crest : Malgré la signature de l’Armistice 66 jours auparavant, le camp de concentration reste ouvert…


17 Janvier 1941

Le ministère de l’Intérieur abandonne officiellement le terme de « camp de concentration » pour Gurs, Argelès, Rivesaltes qui a trop mauvaise presse à l’étranger pour celui plus neutre de « centre d’hébergement » :

« Il n’y a pas lieu de faire régner, dans les camps de Gurs, d’Argelès, de Rivesaltes ou des Milles, une discipline aussi stricte qu’au Vernet où se trouvent des repris de justice et des extrémistes » (Vichy. Ministère de l’Intérieur. Circulaire du 17 janvier 1941, signé Peyrouton).

« Au début 1941, les autorités ont établi de façon nette la différenciation entre camps d’internement proprement dits [Le Vernet d’Ariège et Rieucros, chargés de la répression ; Les Milles, chargé du transit des internés, Saint-Sulpice, Brens (à partir de 1942)] et centre d’hébergement [Gurs, Argelès, Rivesaltes, Le Barcarès, Noé, Jude-Septfonds, Brens]. Il s’agit là plus d’une mesure administrative que d’une différence dans le traitement, le régime des centres étant sensiblement le même que celui des camps. »[Claude Vigée, membre du Comité de Nîmes dans son journal de 1941.]

« Pour des motifs de publicité, on a changé leur appellation. Ainsi, il n’y a plus de « camps ». Il existe uniquement des « centres surveillés ». Il n’y a plus d’«internés ». Il n’existe plus que des « hébergés ». Weill, p. 36.

Elisabeth WINTERSTEIN, naît au Camp de « Concentration » d’Argelès (Pyrénées-Orientales).

L’expression camp de concentration restera utilisée jusqu’à la fin de la guerre dans les courriers échangés entres les différentes administrations en France. L’historien Christian ENGERS considère non sans raisons que le régime de Vichy disposait d’un « système concentrationnaire » avec de multiples et divers lieux de rétention où l’on laissait les personnes crever comme des chiens. Cela est particulièrement net au vu des rassemblements effectués par l’État Français à Saliers par Arles en Zone Sud et à Montreuil-Bellay en Zone Nord.

Naissance de Thérèse LACROIX qui sera internée peu après au Centre d’Hébergement de Rivesaltes…


17 janvier 1942

Rivesaltes :

évasion de

Antonia DIAZ Gimenez,


17 Janvier 1943

Saliers-Arles :

Vie du camp : évasions de Reinhold KRAEMER, Siegfried KRAEMER, Nicolas MEINHARDT, Jean REINHARD.

Retour de l’hôpital : Joséphine SCHMITT-WEYER, Jean Auguste SCHMITT,


17 Janvier 1944

Arrivée à Auschwitz du convoi Z, parti 2 jours plus tôt de la kazerne Dossin à Malines (Belgique)


17 janvier 1946

Alors que le conflit armé en Europe est terminé depuis le 08 mai 1945, des centaines de nomades restent internés, assignés à résidence, sans raison en France…


Ne les oublions pas !  –  Ma bis te gar !  – Ma bisterdom tumare anava !

• Agde • Argelès-sur-Mer • Arc-et-Sennas • Saliers-ArlesLe Barcarès • Barenton • Bayonne • Brens • Brignoles • Coudrecieux • Crest • Fort-Barraux • Gavray • Gurs • Jargeau • Lannemezan • Les Alliers • Linas-Monthléry • Limoges • Louviers • Mérignac • Montreuil-Bellay • Mulsanne • Nexon • Noé • Poitiers • Récébédou • Rennes • Rieucros • Rivesaltes • Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes • Saint Paul d’Eyjaux • Saint-Sulpice-la-Pointe • Septfonds • Sisteron • Tarbes • Le Vernet d’Ariège • 

Sources : Mémorial des Nomades de France, fond documentaire et archives • Archives Nationales • Archives départementales 03, 07, 09, 10, 11, 13, 14, 16, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 30, 31, 33, 34, 36, 37, 38, 40, 43, 44, 45, 47, 49, 50, 52, 61, 63, 64, 66, 67, 71, 72, 77, 78, 81, 82, 84, 85, 86, 87, 89, 91 • Archives municipales • Archives familiales privées • Bibliothèque Nationale de France •