Au temps de la peste…

L’expression « être traité comme un pestiféré » vous évoque quelque chose ? Nos recherches nous ont amené à croiser la route des Voyageurs de l’ancien temps, souvent assimilés aux vagabonds, depuis la Grande peste européenne de 1437 jusqu’à la peste de 1720. Petit survol historique dans la région d’Arles-Marseille.

« Vue du Cours pendant le peste de 1720 », peinture de Michel Serre à voir au Musée des Beaux-Arts de Marseille

« Au milieu du XVIe siècle, sous le coup de la crise sociale provoquée à travers tout l’Occident par la Peste Noire, on condamne l’oisiveté et on pourchasse les vagabonds. »1 En période d’épidémie, villes et villages se referment.

De 1578 à 1580, Arles est touchée par les crues du Rhône qui provoquent des inondations dans un pays marécageux; mais surtout de 1579 à 1581, la ville est frappée par la Grande Peste, qui entraîne la prise de mesures sévères pour limiter les circulations urbi et orbi dans les deux sens. Étrangers, travailleurs, pauvres sont concernés. Les consuls « Doibvent chasser tous estrangers, vacabons et gentz sans adveu. »2 Mais en ménageant les « pouvres », car « Si ne le faisons, Dieu n’aura pas pitié de nous. »3

En 1629, nouvelle épidémie de peste à Arles. Parmi de nombreuses mesures le Parlement d’Aix enjoint à « Tous Vagabonds & Gens fans aveu & métier fortiront hors des Villes & Lieux ; Et enjoint aux Hôtes & Cabaretiers de les reveler, & aux Intendans, à peine du Foüet & de la Galere. »4 L’épidémie de peste aurait fait deux millions de victimes en France.

25 mai 1720. Arrivée de la peste à Marseille, amenée de Syrie par un navire marchand. Les forçats des galères sont utilisés « pour fervir de corbeaux […] aufquels ont promis la liberté » et qui « moururent prefque tous de la Pefte deux jours après. »5 La ville est complètement coupée du reste du pays. Il y a 120 000 victimes. Parmi elles, nombre de femmes « bohémes » qui étaient recueillies à l’hôpital des galères. Il y a plus de 8 000 morts en Arles.

En Août 1720 à Brignoles (Var), des « bouemes » sont arrêtés par la maréchaussée qui les abandonne presque aussitôt en pleine campagne. Les consuls les font de nouveau arrêter et garder par quatre hommes. Ils sont ensuite conduits, enfermés et surveillés dans le château de Flassans, à la porte duquel on fait poser une serrure du coût de 7 livres 14 sous. Pour leur conduite et surveillance la commune dépense 97 livres 4 sous.6


Voyageurs, quels sont vos droits aujourd’hui ?

* Vous devez rester sur le lieu de stationnement où vous étiez à partir du 17 mars 2020 à 12H.* Vous devez respecter les consignes de l’Etat (attestation de « déplacement dérogatoire », respecter les motifs de sorties, etc.)* Vous avez les mêmes droits de prise en charge en cas de suspicion de contamination* Vous ne pouvez pas être expulsés pendant la période de confinement* Si vos droits en la matière ne sont pas respectés, n’hésitez pas à contacter l’ODCI :
Contact — Abonnement : odci.contact@gmail.com
06 85 55 36 66 – du lundi au vendredi de 9h00 à 17h30

Sources

1 Geremek, Op. cité, p. 75.

2 Louis Borel, Ordre tenu en la ville d’Arles du temps de la dernière contagion qui peust en l’année 1579, 80 et 81. Suivant ce qu’en a écrit Louys Borel, bourgeois, consul de ladite ville, in. Félix Reynaud, La Grande Peste à Arles (1579-1581), Marseille, Marius Olive, 1880, 36 p., p. 19.

3 Félix Reynaud, La Grande Peste à Arles (1579-1581), p. 19.

4 Arrest de la cour de Parlement tenant la chambre de vacations Contenant Reglement fur lez fait de la Pefte. Du 17 Juillet 1629. Aix, Joseph David, 1720, 27 p., Art. XXI, p. 7. in. Recueil factice [BMVR 3611, f°. 181-194.] Voir aussi XXIV, peines prévues pour les gueux et les gardes.

5 Martin, Histoire de la dernière peste de Marseille, Aix, Arles, et Toulon, Paris, Paulus-Mesnil, 1732, 392 p., p. 55. [BM Marseille, Fonds Patrimoniaux, 4693].

6 AC Brignoles, BB 51, fol. 955, CC 29, fol. 924, 929 v°.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *