Pierre MECKES (1893 † 1943)

Pierre MECKES, manœuvre journalier Français, né MŒCKES, Peter, le 11/11/1893 à Gries (Bas-Rhin), fils de Frédéric MŒCKES (08 février 1872, Gries), vannier), marié le 25 juillet 1889 à Gries avec Christine RESCH (18 avril 1873, Ettendorf); frère de Henri MECKES (1900-1997), et de feue Catherine MECKES (1890 † Le Barcarès, 1942); marié le 10 octobre 1918, à Soultz-sous-Forêts, (Bas-Rhin), avec Elisabeth OHL, (30 avril 1896, Mannheim (Baden-Württemberg, ALLEMAGNE † décédée; fille de Antoine OHL (1868-) et de Anne Marie KRAEMER (1872-), dont 9 enfants (Marie MECKES (1929, Haguenau), Lucien MECKES (1932, Haguenau), Émile MECKES (1933, Haguenau), Jacques MECKES (1935, Haguenau), catholique.

Réfugié de la région de Haguenau (Bas-Rhin) vers le département des Vosges, il est expulsé avec 76 autres nomades le 04 juin 1940, vers l’Indre.
Interné au Camp de Concentration d’Argelès (Pyrénées-Orientales).
Transféré au Camp d’Hébergement de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), îlot F, le 17 mai 1941, matricule 9279. Transféré à la commission Todt le 19 juillet 1941. Évadé vers Lyon (Rhône). Retour d’évasion le 03 avril 1942, matricule 14081. Numéro de sortie 1709.
Transféré le 03 avril 1942 au camp du Barcarès (Pyrénées-Orientales).
Transféré au Camp de Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) le 03 juillet 1942, matricule 12, cabane 12.
Mutation au Centre de Séjour Surveillé de Fort-Barraux (Isère) le 12 juillet 1942. “05 février 1943. J’ai l’honneur de vous informer que le nommé MECKES Pierre évadé du camp de Saliers peut sans inconvénient réintégrer le camp de où se trouvent sa femme et ses enfants. Il y sera l’objet d’une surveillance plus serrée. Le commandant du camp de Saliers.”

23 mars 1943: Correspondance  : Chef de Camp au Préfet des Bouches-du-Rhône  :

 je demande que l’hébergé  :
MECKES Pierre
interné à FORT BARRAUX soit renvoyé à SALIERS, pour être ensuite libéré avec sa famille.
MECKES Pierre évacué du Barcarès s’est évadé de SALIERS. Il a été ensuite interné à FORT BARRAUX.
Sa famille, venant de RIVESALTES est venue ensuite à SALIERS.
Elle est parfaitement bien à tous points de vue.
MECKES est Alsacien, n’a pas de carnet anthropométrique.
La tenue de sa famille prouve que ce sont des gens corrects à qui on peut faire confiance.  »

Muté au Camp de Nomades de Saliers le 17 mai 1943. Sa femme et ses enfants sont libérés le 11 mai 1943. Libéré le 27 mai 1943, destination Lyon-Villeurbanne, 8, rue Spéafigo, par chemin de fer.

Décès à Montélimar (Drôme), 3 jours après le 30 mai 1943 à son domicile 136, Grande Rue, âgé de 50 ans…

N’oublions pas son nom !


Parcours géographique


Documents d’état-civil et de police

 


Documents d’internement


Sources 

Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, 1943/03/30, Correspondance Chef de camp > Préfet Bdr ; FRAD0143_142 W 83 correspondance; 142 W 98 Fiche d’interné Libérés.

Archives Départementales de l’Indre, FRAD036_807 W 48, IMG 7748.

Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, FRAD066.

Archives Départementales du Bas-Rhin, FRAD067, 4 E 168/9, greffe, & archives communales, 1893/Gries/N.

Archives Nationales, FRANF7, 01/06/1943, rapport mensuel mai 1943, ƒ°1.

Etat-civil Montélimar/1943/D/153