Paul SCHAENOTZ (1883 † …)

 

 

« 1 m 48, yeux bleus, moustache grise, cheveux grisonnants, visage ovale, teint bronzé, oreilles décollées. Chapeau mou usagé, veste grise, pantalon toile bleue, souliers éculés, le tout en mauvais état » 

Paul SCHAENOTZ, né le 23 ou le 25/01/1883, en Charente?, fils de Nicolas SCHAENOTZ (Bayonne ?, français) et de Thérèse LOLLI (née au Montenegro – décédée), veuf de Marie WITSCHINER (25/01/1887, Monténégro), décédée au Camp d’Hébergement de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) le 05 août 1942, 12 enfants, dont Anna SCHAENOTZ (1895, Blois ?), Alexis SCHAENOTZ (28/07/1914, Roanne), Georges (1925), Christine (09/04/1927, Saint-Pol-de-Léon), Antoine (1938, Saint-Brieux), Élise (1940, Paulhac), Français, de « race : nomade. », vannier, rempailleur de chaise ambulant, catholique.

Expulsé État 459, en 1935. En août 1939 voyageait en roulotte en Saône-et-Loire. Au moment de son arrestation résidait à Sornac (Corrèze). Départ de Guéret (Creuse). Passage à Cressange (Allier) le 03 mai 1941. 

Interné au Camp d’Hébergement de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), îlot F, le 13 novembre 1941, matricule 13142. Évadé le 08 janvier 1942. Retour le 14 avril 1942, matricule 14102.

Transfert n° 1876 le 14 avril 1942 au camp du Barcarès (Pyrénées-Orientales).

Prison de Carcassonne (Aude). Retour le 05 août 1942, matricule 15400. Décès de sa femme le 05 août 1942 au camp de Rivesaltes. « Résidence de sa femme : Rivesaltes. Bonne conduite au camp. Avis du commandant du camp de Rivesaltes : en cas de libération, aurait un contrat de travail à la société d’Entreprises Mécaniques à Bugeat (Corrèze).

Transfert n° 7 886 & 3 848 le 08 août 1942, au Camp de nomades de Saliers, commune d’Arles (Bouches-du-Rhône), matricule 67, cabane 14, catégorie T. Évadé le 11 août 1942. Ramené le 14 novembre 1942. Évadé le 06 janvier 1943, ramené le 31 janvier 1943, évadé dans la nuit du 15 avril au 16 avril 1943 (5e évasion du Camp de nomades de Saliers), recherché, « 1 m 48, yeux bleus, moustache grise, cheveux grisonnants, visage ovale, teint bronzé, oreilles décollées. Chapeau mou usagé, veste grise, pantalon toile bleue, souliers éculés, le tout en mauvais état » ; évadé le 15 mai 1943, ramené par les gendarmes de Laroquebrou (Cantal), le 13 septembre  1943,

Dirigé sur le camp de Nexon (Haute-Vienne) le 02 octobre 1943. « 10 mars 1944. Le Commandant du Camp de Nomades de Saliers […] donne avis favorable sur libération éventuelle PS camp Fort-Barraux. […] Le seul grief c’est d’être un récidiviste de l’évasion.»


Parcours géographique


Documents d’état-civil et de police

Carnet anthropométrique d’identité nomades n° 10 251 (circa 1935)

Carnet collectif nomades n° 17 747.


Documents d’internement


Sources : AD13, 142 W 83 (1943), 142 W 97/26, 142 W 98, fiche d’interné Mutations.

AD66, 1260 W 88, sorties Rivesaltes.

AD89, 3 M 15_26, regroupement Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes (Yonne), circulaire du 17/10/1935.