Bibliographie

Parmi les FAQ, celle-ci revient souvent : que lire sur le sujet de l’internement et de la déportation des Nomades et Forains de France ? Tentative de réponse synthétique.

La question des origines revient en permanence, et de manière un peu lassante. Une réponse partielle, puisque qu’elle ne concerne que les trois branches romani en France (kalé, roma, sinté) a été donnée par Marcel Courthiade récemment. Elle a le mérite d’être la plus récente et la plus documentée sur le sujet. De plus, elle évacue un tas de suppositions fantaisistes et racistes toujours colportées de nos jours. Elle ne couvre pas les Voyageurs Jenish ou gadjé.

COURTHIADE Marcel, Petite histoire du peuple Rrom, Lormont, Le Bord de l’Eau, coll. « Clair & Net », 2019, 226 p.


La loi du 16 juillet 1912 sur la circulation des Nomades et Forains n’est pas la cause des persécutions subies par les Voyageurs en France, sinon, sa disparition aurait entraîné l’arrêt de celles-ci. Elle n’en est que le cadre légal, crée à postériori, pour permettre à la Troisième République de justifier de son renoncement au principe d’isonomie et d’introduire un racisme d’État supplémentaire dans son fonctionnement. C’est ce qui est montré dans cet ouvrage indispensable d’Emmanuel Filhol.

FILHOL Emmanuel, Le Contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), Paris, Éd. Karthala, 2013, 276 p.


Sur la Grande Guerre de 1914, on peut lire avec profit l’article d’Hervé Mauran sur les « alsaciens-lorrains romanichels » internés au camp de concentration de Crest entre 1915 et 1919. L’auteur est docteur en Histoire militaire d’études de défense à l’UMR 5609 du CNRS à l’Université Paul-Valéry Montpellier III. L’article est consultable à la documentation du MNF.

MAURAN Hervé, « Un camp d’ « Alsaciens-Lorrains romanichels » dans la Drôme (Crest, 1915-1919), Paris, 2000, Études Tsiganes n ° 13, pp. 88-119, 222 p. L.


Sur l’internement durant la Deuxième Guerre Mondiale, nous ne retiendrons que la thèse de Marie-Christine Hubert. Le travail le plus sérieux réalisé à ce jour sur le sujet, avec des conclusions viables. Plusieurs aspects ne sont pas abordés (responsabilités, résistances, spoliations, etc.) Elle n’est malheureusement pas éditée, mais consultable à la documentation du MNF.

HUBERT Marie-Christine, Les Tsiganes en France, 1939-1946. Assignation à résidence, internement, déportation, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jean-Jacques Becker, université Paris X Nanterre, 4 tomes, 1997, 942 p.