Maria PAPADOPOULOS (1882 † 1944)

Maria YANKOVICH, veuve PAPADOPOULOS, née en 1882 à Corfou (Κερκυρα, Grèce), fille de Vassili YANKOVITCH et de Maria VASSILOVINA, 5 enfants, dont Serge YANCOVITCH (1911- Corfou), Émile YANCOVITCH (1921- Varsovie), Grecque, de « race: nomade », sans profession, orthodoxe

On ne sait quand elle arrive en France avec ses deux enfants, mais la Grèce, suite au fiasco italien, a été vaincue le 25 avril 1941 par la Wehrmacht et occupée.

Ils sont signalés à Marseille (Bouches-du-Rhône), entre le 07 janvier et le 15 janvier 1942.

Motif de l’internement: en surnombre dans l’économie nationale. N au crayon bleu, D en haut de la fiche (sic). Dossier n° 13584- rayé >- 15046. Ilot : K, Y. A. Évasion de son fils Émile. Transfert n° 266 du Camp d’Hébergement de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), au camp du Barcarès (Pyrénées-Orientales) du 23 janvier 1942 (en compagnie de son fils Serge) au 07 juillet 1942 sous le matricule 357. Camp d’Hébergement de Rivesaltes Ilot K le 07 juillet 1942, transférée Ilot Y le 08 août 1942.

Transférée au Camp de Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) le 25 novembre, n° de sortie 6822. Internée le 27 novembre 1942, matricule 285, évadée le 24 janvier 1943. Recherchée chez son fils Michel YANCOVITCH, cité ouvrière à Saint-Priest-de-Gimel (Corrèze). Repérée le 28 janvier 1943. Retour d’évasion le 13 février 1943. Evacuée sur l’hôpital le 20 mars 1943. Rentrée de l’hôpital.

Mutée au « camp hôpital » de Noé (Haute-Garonne).

Décès n° 298 au Centre de Séjour Surveillé de Noé (Haute-Garonne), le 02 février 1944 à 7 heures 15, à l’âge de 62 ans,de « Tuberculose pulmonaire » officiellement (première cause de mortalité du camp). Déclaration de Jacques Grerunier, Inspecteur au CSS de Noé.

N’oublions pas son nom !

 


Parcours géographique


Documents d’état-civil et de police



Documents d’internement


Sources 

AD13, 142 W 78; 142 W 97_0008, fiche individuelle, papiers administratifs; 142 W 98 Mutations ;

AD31. AD66, 1260 W 34. EC Noé/1944/D/5.