Ce jour là… 24 janvier

Chaque jour retrouvez le calendrier des persécutions contre les nomades et forains survenues entre 1912 et 1969 :

Baxtaló nevó berš ! 

** ° ** °

Une excellente année à tous !

 

24 Janvier 1917

Crest

Sont notés au camp : Thérèse Philomène REINHARDT et ses enfants: Eugénie HERTER, Joseph HOERTER, Marie HOERTER (1908), Marie HOERTER (1914),


24 janvier 1919

Malgré la signature de l’Armistice 72 jours auparavant, le camp de concentration de Crest reste ouvert…


24 Janvier 1942

Rivesaltes : vie du camp :

« Deux heures plus tard je suis allée chercher le bébé de deux mois, de parents gitans, qui est à l’infirmerie, tout maigre et sans sa mère. Je lui ai donné un biberon avant son départ. Quelle joie d’avoir dans les bras une fois encore un petit être. »

(Friedel Bohny-Reiter, p. 68)


24 Janvier 1943

Arles : vie du camp : Evasions de Émile CAPELOT et de Marie YANKOWITCH-PAPADOPOULOS

Carthacala, reine des Gitans, nanar improbable est programmé à l’Odéon, carrefour Croisière, à deux pas du domicile de Jacques Van MIGOM, architecte du camp.

• Naissance de Jeanne GIMENEZ, arlésienne malgré elle


Marseille: fin de l’opération Sultan

Le Général Karl Oberg, chef de la gestapo, dans sa déclaration du 14 janvier 1943, avait décidé de « nettoyer tous les indésirables des vieux quartiers et les détruire par la mine et le feu. » Après les rafles, le Vieux-Port est dynamité par les nazis. Plus de 20 000 personnes sont touchées et une partie d’entre elles entassées dans des wagons à la gare d’Arenc, envoyés dans un camp désaffecté depuis la Grande Guerre à Fréjus (Var) puis déportées à Oranienburg.

Huit anciens habitants du quartier Saint-Jean et leurs descendants déposent plainte contre X pour « crime contre l’humanité », 75 ans après l’évacuation forcée et la destruction de ce quartier populaire du Vieux-Port. Lire la suite de l’article sur le site de Marsactu.

Antoinette Contini, citée dans la plainte, se souvient parfaitement de ces circonstances :

Après des heures interminables de voyage, nous avons été parqués dans des baraquements immondes, qui n’étaient même pas adaptés pour abriter des animaux. Même la paille sur laquelle nous dormions était infecte. J’y ai passé la semaine la plus traumatisante de toute ma vie.


Poitiers: vie du camp:

après le transfert de 69 hommes vers le camp de Compiègne (Oise) le 13 janvier 1943, ils sont déportés par le transport du 24 janvier 1943 au KL de Sachsenhausen (ALLEMAGNE), dont Jean BOGER, 20 ans, qui y portera le matricule n° 58 402 ou Louis WINTERSTEIN le matricule  58419.


24 Janvier 1944

Arles : vie du camp :

Fanny CHARLES, Michel « Petit bout » Joseph DISSEMBERG, Philippe FAJARDO, et Antoine LEMAN sont détachés au Secours National.


24 Janvier 1946

plusieurs mois après la Libération des centaines de nomades restent internés dans des camps français…

Ne les oublions pas !  –  Ma bis te gar !  – Ma bisterdom tumare anava !

• Agde • Argelès-sur-Mer • Arc-et-Sennas • Saliers-ArlesHôpital d’ArlesLe Barcarès • Barenton • Bayonne • Brens • Brignoles • Coudrecieux • Crest • Fort-Barraux • Gavray • Gurs • Jargeau • Lannemezan • Les Alliers • Linas-Monthléry • Limoges • Louviers • Mérignac • Montreuil-Bellay • Mulsanne • Nexon • Noé • Poitiers • Récébédou • Rennes • Rieucros • Rivesaltes • Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes • Saint Paul d’Eyjaux • Saint-Sulpice-la-Pointe • Septfonds • Sisteron • Tarbes • Le Vernet d’Ariège • 

Sources : Mémorial des Nomades de France, fond documentaire et archives • Archives familiales privées • Archives Nationales • Archives départementales  • Archives communales • Bibliothèque Nationale de France • Fonds patrimoniaux des Bibliothèques municipales • Archives du Comité de la Croix-Rouge Internationale • Bundesarchiv • ITS Archives, Bad Arolsen • Mémorial de Caen • Centre de Documentation Juive Contemporaine • SGDA • Service Historique de la Défense • Museon Arlatan • CRDA • USHMH