Ce jour là…

Chaque jour retrouvez le calendrier des persécutions contre les Nomades et Forains survenues en France entre 1912 et 1969

14 avril 1919

Camp de Crest

Malgré la signature de l’Armistice 149 jours auparavant, le camp de concentration reste ouvert…


14 avril 1941


14 avril 1942

Camp de Rivesaltes: Transfert n° 1863 au camp du Barcarès (Pyrénées-Orientales) de Vorochana GORGAN

Retour d’évasion d’Alexis SCHAENOTZ et de Paul SCHAENOTZ

 


14 avril 1943

Camp de Nomades de Saliers-Arles: vie du camp : Transferts à l’institution du Bon Pasteur : Cécile DUVILLE et Suzanne DUVILLE.

Détaché ouvrier agricole : Joseph LAFLEUR (1920- )

Libérations : Auguste SCHMITT (1885), Auguste SCHMITT (1928), Joseph SCHMITT (?), Marguerite SCHMITT (1929)


14 avril 1944

Camp de Nomades de Saliers-Arles: vie du camp : retour d’évasion de Paque « Pascal » CAMPOS, Mathilde LOPEZ-ESPINAS, et Raymond « Ramon » LOPEZ qui déclare dans son PV d’audition: « J‘ai été interné avec toute ma famille au Camp de nomades de Saliers, près d’Arles (Bouches-du-Rhône), né le [26] janvier 1903 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) fils de feu Antoine et Bardonéra FAJARDO, marié, neuf enfants, ne sait ni lire ni écrire, plusieurs fois condamné, de nationalité française.// J’ai été interné avec toute ma famille au Camp de nomades de Saliers, au début d’octobre 1943 [le 16 octobre 1943 en fait et transféré ce même jour jusqu’au 03 décembre 1943 à l’hôpital d’Arles]. Depuis le mois de Février 1944, cinq de mes enfants ont été confiés à mon beau-frère, LAFLEUR (le père de Marie ESPINAS, vit en concubinage avec son fils Paul LOPEZ], nomade, en résidence assignée à Anglards-de-Salers (Cantal). // [Le 04 mars 1944], je me suis évadé du camp pour venir voir mes enfants. Ma femme s’était évadée quelques jours avant pour le même motif. Tous mes papiers d’identité ainsi que l’argent que je possédais sont restés au bureau du camp.” #spoliation


14 avril 1946

2 199 ème jour d’internement pour des milliers de Nomades dans les camps français…