Rafle à Marseille en 1943 : plainte pour crime contre l’humanité

En janvier dernier, l’avocat marseillais Pascal Luongo, petit-fils de victime, déposait une plainte pour crime contre l’humanité, au nom de 4 victimes survivantes des opérations Tiger et Sultan menées par les polices Françaises et Allemandes, ayant conduit à la destruction du quartier du Panier à Marseille (lieu historique de fixation des grecs de Phocée) et à l’évacuation de 20 000 personnes (dont des membres de nos familles dont les parcours individuels restent à établir), dont 12 000 envoyées au camp de Fréjus (Var), 800 ne reviendront pas de déportation à Oranienburg-Sachsenhausen (Allemagne). Le crime contre l’humanité est, depuis 1964, le seul crime imprescriptible en France. L’excellent pure-player d’investigation Marsactu s’est fait l’écho de cette affaire à suivre de très près…

Rafle du Vieux-Port : le parquet de Paris ouvre une enquête pour crime contre l’humanité

 

Rafle du Vieux-Port : premières auditions dans l’enquête pour crime contre l’humanité

Des vestiges de la rafle du Vieux-port mis au jour au pied de l’Hôtel-Dieu

 

Vous pouvez aussi retrouver un dossier complet sur le site de France Culture

One Reply to “Rafle à Marseille en 1943 : plainte pour crime contre l’humanité”

  1. Le commentaire diffusé dans le petit train tourisque qui assure la visite du quartier du Panier continue de faire référence a une destruction des maisons du quartier du Vieux Port par les Allemands visant à éliminer les Résistants….!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *